Suivez la vie de vos arbres au fil des saisons

Program
Dans votre entourage au quotidien, il y a ces arbres que vous aimez bien : ce sorbier qui pousse à l’angle de votre jardin et qui sert de refuge aux moineaux, cet épicéa que vous croisez chaque matin au bord de la route, et puis ce noisetier que vous allez saluer à l’orée de la forêt, qui vous offre à l’automne l’occasion de belles cueillettes en famille. Vous vous demandez parfois si celui-ci n’aurait pas fleuri un peu plus tôt, cette année ? Et si celui-là n’a pas adopté ses couleurs d’automne un peu plus tard, cette fois-ci ? C’est le moment pour vous de participer au programme Phénoclim.

Les arbres vivant plusieurs centaines d’années ne sont pas rares en montagne. Ces arbres, quand ils sont nés il y a environ un siècle, ont par conséquent connu un climat qui était environ 2 degrés plus frais qu’aujourd’hui. A l’échelle individuelle, les arbres et les plantes n’ont pas le choix pour s’adapter : une fois implantés, ils doivent être en capacité d’ajuster leurs réponses aux conditions climatiques sans compter sur un déplacement (comme les animaux) mais sur leur propre génétique.

Le programme Phénoclim a été créé en 2004 pour mieux comprendre ces réponses, à travers l’évolution de leurs phénologies. Les questions scientifiques sont : quels ont été les décalages des événements saisonniers (comme la floraison) au cours des dernières décennies ? Comment prédire ces décalages dans le futur ? Est-ce que ces décalages sont les mêmes pour toutes les espèces, toutes les altitudes, tous les massifs de montagne ? Quelles sont les conséquences de ces décalages (ou absences de décalage) pour la répartition de ces espèces mais aussi pour le développement des espèces qui y sont liées ?

Pour répondre à ces questions, la technologie et la communauté de participants s’associent depuis le lancement du projet. D’une part, environ mille participants (scolaires, particuliers, espaces protégés, etc) observent autour d’eux l’apparition d’événements saisonniers de 13 espèces végétales. D’autre part, des données de température et d’enneigement sont obtenues à proximité de certains arbres d’étude grâce à un réseau de 60 stations climatiques gérées par le CREA Mont-Blanc. Phénoclim c’est donc la rencontre entre la PHENOlogie et la CLIMatologie.

Targeted participants

Tout public

Regions

Alpes, Jura, Pyrénées, Massif Central, Corse, Vosges, Massif du Mont-Blanc

Season

De janvier à mai, puis août à novembre, en fonction des altitudes

Implementation time

Environ 15 minutes par semaine pendant les périodes d’observation

Naturalist difficulty

  • Vous êtes novice
  • Vous êtes naturaliste

Involvement

Assez engageant
Le programme nécessite un suivi régulier de votre part

Species concerned

lilas
noisetier
pin sylvestre
mélèze
sapin pectiné
épicéa
frêne commun
sorbier des oiseleurs
bouleau verruqueux
bouleau pubescent
tussilage
primevère
hêtre

Access to study site

Depuis votre jardin

Equipment

  • jumelles (facultatif mais conseillé si les arbres sont grands)

The protocol

Show all

1 Localisez

Repérez sur le terrain trois arbres/plantes de la même espèce, à proximité les uns des autres (dans un rayon de 500m). Vous pouvez bien entendu suivre plusieurs espèces. Il est important de choisir des arbres qui se trouvent dans un lieu où vous passez régulièrement. Si vous souhaitez suivre la primevère et le tussilage, choisissez des zones d'environ 20m² où l'espèce est présente (idéalement 3 zones).

2 Enregistrez vos arbres

Rendez vous sur la page Contribuer, cliquez sur “ajouter un arbre” dans la section Phénoclim et positionnez vos arbres sur la carte.

3 Observez

Une fois par semaine (de préférence, le même jour), allez observer vos arbres pour ne pas rater la date de début de chacun des stades décrits ci-dessous. Commencez par vous faire une idée en regardant une seule branche de l’arbre puis prenez du recul pour observer l’arbre dans sa globalité, cela vous permettra d’affiner votre observation.

Au printemps - le débourrement

Les bourgeons végétatifs (ceux qui donnent des feuilles) commencent à s’ouvrir et les pointes des nouvelles feuilles sont visibles à l’extrémité du bourgeon ; si environ 10% des bourgeons de l’arbre sont ouverts, notez la date du jour de votre passage comme date de débourrement.

Au printemps - la feuillaison

Les nouvelles feuilles s’ouvrent complètement, leur pétiole est apparent et leur forme est reconnaissable même si elles n’ont pas encore atteint leur taille finale ; Si environ 10% des nouvelles feuilles sont telles que décrites ci-dessus, notez la date du jour de votre passage comme date de feuillaison.

Au printemps - la floraison

Les pétales sont suffisamment ouverts pour laisser voir l’intérieur de la fleur, si c’est le cas pour environ 10% des fleurs de l’arbre, notez la date du jour de votre passage comme date de floraison. Pour le lilas, le sorbier et le frêne, on considère que l’inflorescence fleurit à partir du moment ou au moins une fleur de l'inflorescence s’épanouit. Pour les autres espèces d'arbre, le stade floraison correspond à la libération du pollen par les fleurs mâles (chatons). Si vous observez la primevère et le tussilage, notez la floraison lorsque 10% des fleurs de votre zone de 20m² est épanoui. Certaines années, la floraison n'a pas lieu ; vous pouvez le noter, c'est très intéressant.

A l'automne - le changement de couleur des feuilles

L’observation du changement de couleur ne concerne que les bouleaux, hêtres, mélèzes et sorbiers. Observez le début du changement de couleur (le 10% habituel) mais aussi la moitié (50%). On considère qu'une feuille change de couleur quand elle devient vert clair/jaune. Si une feuille a chuté de l’arbre alors on considère qu’elle a jauni. Ainsi, si 40% des feuilles sont jaunes, mais que 10% des feuilles de l’arbre sont tombées au sol, alors les 50% sont atteints. L'estimation n'est pas toujours simple, faites de votre mieux !

4 Transmettez

Une fois votre tournée terminée, complétez votre fiche terrain et pensez à reporter les observations sur SPOT avant la fin de saison.

Practical advice

  • Si lors de votre passage, vous observez environ 20%, 30%, ou même 50%, vous pouvez estimer la date probable correspondant aux 10% grâce à la date de votre dernier passage. Par exemple, si vous passez un mardi et estimez que 25% des bourgeons sont ouverts et que le mardi précédent seulement 5% étaient ouverts, vous pouvez estimer que le passage des 10% a eu lieu environ le vendredi précédent. Attention : cette estimation ne sera possible que si vous avez rendu visite à votre arbre la semaine précédente.
  • La mémoire nous jouant parfois des tours, pensez à faire si besoin des photos de vos arbres lors de vos visites hebdomadaires pour pouvoir comparer l’évolution de votre arbre par rapport à la visite précédente. 
  • Pour reconnaître vos arbres et les retrouver plus facilement les fois suivantes, vous pouvez attacher une petite ficelle sur l’une de ces branches ou ajouter un discret point de peinture.
  • Si vous habitez à distance d’un massif de montagne, un équivalent de Phénoclim existe : il s’agit de l’Observatoire des Saisons.

Speciessheets